Etats-Unis: Nouveaux appels au départ de Trump


20 novembre 2022

L'ancien président Donald Trump a été ovationné debout samedi à Las Vegas, lors d'un rassemblement du parti républicain. Mais plusieurs dirigeants conservateurs l'ont critiqué pour les récents résultats décevants aux élections de mi-mandat.

Lors de son premier discours après l'annonce mardi de sa candidature à la Maison-Blanche en 2024, M. Trump, 76 ans, a loué son mandat et fait l'éloge de ses donateurs et de membres de la coalition juive républicaine, qui tient jusqu'à dimanche sa réunion annuelle à Las Vegas, dans le Nevada.

L'ancien président a refusé d'assumer la responsabilité des résultats électoraux des républicains, notamment de ses poulains, aux "midterms" du 8 novembre. Il a, en revanche, déclaré que le parti républicain était "beaucoup plus grand et plus puissant qu'il ne l'était avant mon arrivée".

Il a une nouvelle fois remis en cause la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle en 2020. "L'élection a été truquée", a déclaré le milliardaire qui s'exprimait par connexion vidéo, mais le public, qui l'avait chaleureusement accueilli, n'a pas réagi à ces propos.

Des chefs forts, pas des célébrités

Sa participation a suscité des attentes, car plusieurs de ses détracteurs, qui l'avaient précédé, avaient invité à tourner la page et à miser sur "un leadership fort".

"J'ai une excellente politique pour le parti républicain. Arrêtons de soutenir des candidats inéligibles fous dans nos primaires", a déclaré le gouverneur du New Hampshire, Chris Sununu, sans nommer Trump. L'ancien gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a été plus direct dans son discours. Il a insisté pour tenir Donald Trump responsable du résultat des élections de mi-mandat. "Donald Trump a choisi des candidats avec un critère, un seul. Il ne s'agissait pas de leur éligibilité, de leur expérience, de leur sagesse ou de leur charisme [...] mais s'ils croyaient ou non que l'élection présidentielle de 2020 a été volée".

"Eh bien, laissez-moi vous dire, ce n'est pas ce que représente ce parti. Ce n'est pas ce qu'il devrait représenter à l'avenir. Nous devons arrêter cela maintenant. Nous perdons, parce que Donald Trump s'est mis au-dessus de tout le reste", a-t-il mis en garde. Pour sa part, le gouverneur du Maryland Larry Hogan a une nouvelle fois critiqué M. Trump dans son discours vendredi. "Même les partisans les plus ardents de Trump disent qu'ils en ont assez", a-t-il fait valoir. Le parti républicain avait promis une "vague rouge" aux élections de mi-mandat. Ils n'ont obtenu cependant qu'une faible majorité à la chambre des représentants.

Sources : ATS/Keystone